Notre-Dame d’Afrique, une Vierge d’Henri de Maistre pour une chapelle de Mission africaine en 1929

Quatre ans après le succès de l’église du Village français à l’exposition des Arts décoratifs, le musée Galliéra accueillait en 1929 une intéressante exposition, organisée avec le concours de la Société de Saint-Jean, sur l’Art et le mobilier religieux moderne à laquelle participèrent la plupart des groupements du renouveau de l’art sacré, dont les Ateliers d’Art sacré. Ceux-ci créèrent pour l’occasion une « Chapelle de Mission africaine », présentant l’ensemble des objets liturgiques nécessaires au bon fonctionnement d’une chapelle de mission.

Tout indique que ce projet de chapelle avait été pensé spécifiquement pour l’exposition, notamment une lettre envoyée en juillet à Maurice Denis par Henri de Maistre, directeur des Ateliers à partir de 1926 et de ce fait maître d’œuvre de l’exposition, dans laquelle il rendait compte de l’avancée de la préparation de l’exposition, moins de cinq mois avant l’inauguration. L’architecte de l’exposition venait en effet de lui accorder l’installation d’un troisième panneau latéral, laissant entrevoir la possibilité d’ajouter à l’ensemble un plafond. Tout en rappelant la nécessité d’occuper l’entièreté des 8 m² attribués pour montrer la diversité des talents des Ateliers, Maistre consultait Denis sur la faisabilité de cette modification impromptue. Il avait écrit au peintre Dubois afin que celui-ci le mette en relation avec un architecte qui lui donnât « un plan de plafond autre que plat et cependant facilement réalisable » et proposait en même temps la possibilité d’exposer des vitraux supplémentaires de Marguerite Huré et de Jean Hébert-Stevens. Le catalogue ne mentionnant pas de vitraux, le court délai imparti empêcha probablement leur réalisation.

Fig. 1 : Henri de Maistre, Notre-Dame d’Afrique, v. 1929, huile sur toile, 90 x 137,5 cm, Bernay, musée des Beaux-Arts, inv. 2005.1.136 © musée des Beaux-Arts, Ville de Bernay / cliché Jean-Pierre Copitet

Le décor de la chapelle comportait une iconographie programmatique, résumant en quelques scènes figurées le dogme catholique et l’esprit de charité dont découlaient les Missions. Le Sacré-Cœur de Germaine Le Cler, le Baptême du Christ d’Odette Bourgain, la Sainte Cène de Simone Froment et Notre-Dame d’Afrique d’Henri de Maistre (fig. 1) s’inscrivaient ainsi dans une ornementation murale due à cette même G. Le Cler et à M. Belmon, tandis qu’H. Thiébault avait brodé « de longues et souples feuilles de bananiers [qui] s’étiraient sur les murs ; des palmes vertes, de verts crus mais nuancés, décoraient la nappe de l’autel et le rideau du tabernacle. Les parois de la chapelle étaient tendues de cette même toile grise, peinte d’arabesques de tons rouges, bleus et noirs ces rouges et ces bleus chauds, sans être éclatants, des tombes et des peintures égyptiennes » (Hélys, 1930).

Fig. 2 : Simone Callède-Lebard, Saint Kisito, 1929, ébène. Repr. dans l’Art sacré, février 1939, p. 47.

Deux sculptures rappelaient la titulature africaine, un Saint Kisito en ébène de S. Callède (fig. 2) et un Père de Foucauld par R. de Villiers. Ne manquait pas même la station de chemin de croix, par Simone Callède. Enfin, des ornements brodés, une chasuble par M. Fauchon et une bannière peinte par O. Bourgain et P. Marrot, ainsi qu’un bas-relief sur plomb de M. Huré. L’harmonie d’ensemble primait, depuis le processus d’élaboration du décor, avec un maître d’œuvre donnant le ton par sa maquette, pour montrer la complémentarité des arts et des artistes, unis dans une même cause. S’il n’existe pas de photographie du stand des Ateliers, les reproductions dans l’album de l’exposition des stands d’autres groupement donnent une bonne idée de l’agencement ecclésial de l’emplacement attribué aux Ateliers (fig. 3).

Fig. 3 : Baptistère présenté par l’Atelier de Nazareth à l’exposition de l’Art religieux moderne, 1929, dans Henri Clouzot, L’art religieux moderne. Album de l’exposition, pl. 19. © EC

La redécouverte au musée de Bernay de trois maquettes pour l’ornementation de la chapelle (fig. 4 à 7) permet de préciser l’inscription des œuvres dans l’espace ecclésial : les nuages assuraient la continuité entre l’espace figuratif des mandorles et le fond de ciel qui surmontait la dense végétation du niveau inférieur. Cet effet d’illusion conférait aux œuvres le statut de vision, que ce soit la Vierge à l’Enfant ou le Sacré-Cœur (fig. 4 et 6).

Fig. 4 : Henri de Maistre ou Germaine Le Cler, Maquette pour le côté de l’autel de la chapelle de Mission africaine, 1929, huile sur toile, 30 x 40 cm, Bernay, musée des Beaux-Arts, inv. 2005.1.132 © M. Dassonville
Fig. 5 : Henri de Maistre ou Germaine Le Cler, Maquette pour la Vierge de la chapelle de Mission africaine, 1929, huile sur toile, 30 x19,9 cm, Bernay, musée des Beaux-Arts, inv. 2005.1.133 © M. Dassonville
Fig. 6  : Henri de Maistre ou Germaine Le Cler, Maquette pour le côté de l’autel de la chapelle de Mission africaine, 1929, huile sur toile, 30 x40 cm, Bernay, musée des Beaux-Arts, inv. 2005.1.132 © M. Dassonville
Fig. 7 : Henri de Maistre ou Germaine Le Cler, Étude des frises décoratives pour la chapelle de Mission africaine, 1929, huile sur toile, 30 x40 cm, Bernay, musée des Beaux-Arts, inv. 2005.1.134 © M. Dassonville

La Vierge d’Henri de Maistre (fig. 1), majestueuse et accueillante dans son ovale horizontal, montrait bien cette « image de la Mère, commune aux blancs et aux noirs » et la dimension universelle de la foi catholique. Le peintre avait ainsi hésité sur la posture de l’Enfant Jésus, entre le calque préparatoire (fig. 8) et la réalisation finale sur toile ovale : d’abord ouvrant les bras en signe d’universalité, il tend finalement les bras vers l’Africain agenouillé aux pieds de la Vierge, image de la compassion charitable. Le manteau de la Vierge, image de l’Église universelle, entoure l’Africain reconnaissant, ce qu’avait noté le critique du Figaro : « Très intéressantes aussi les différentes représentations de Notre-Dame d’Afrique. Dans un de ces tableaux, la Madone blanche, posait une main maternelle, mie main caressante: sur l’épaule d’un pauvre noir agenouillé ». Le dessin est cerné, la manière de l’artiste se rapprochant pour l’occasion du style colonial tout en s’inspirant des techniques artisanales locales, notamment en usant de la réserve de la toile pour mieux s’intégrer aux broderies qui couvraient les murs de la chapelle. Cela relevait la précision iconographique du peintre : l’auréole empruntait autant à la boussole qu’à l’étoile, pour asseoir un peu plus la catholicité (au sens étymologique) de la foi.

Fig. 8 : Henri de Maistre, Notre-Dame d’Afrique, étude, mine de plomb sur papier, 194 x 145 mm, Bernay, musée des Beaux-Arts, inv. 2005.1.135 © musée des Beaux-Arts, Ville de Bernay / cliché Jean-Pierre Copitet

Notice d’œuvre

Notre-Dame d’Afrique, 1929, huile sur toile ovale, 90 x 137,5 cm, Bernay, musée des Beaux-Arts, inv. 2005.1.136

Archives : Lettre d’Henri de Maistre à Maurice Denis du 28 juillet [1929]. Saint-Germain-en-Laye, musée départemental Maurice Denis, ms. 7451 (en ligne). Lettre de Maurice Denis à Henri de Maistre du 31 juillet [1929], Saint-Germain-en-Laye, musée départemental Maurice Denis, fonds d’archives Maistre.

Sources : Henri Clouzot, L’art et le mobilier religieux modernes, Paris, Prieur & Dubois, 1929, cat. exp., Paris, Musée Galliéra, octobre-novembre 1929. Henri Clouzot, L’Art religieux moderne. Album de l’exposition, 1929. Saint-André de Lignereux, Exposition de l’Art et du mobilier religieux modernes. Rapport général présenté au jury, Paris, 1930. Marc Hélys, « La vie féminine contemporaine. Les brodeuses du Seigneur », Le Figaro, 20 juillet 1930, p. 5 (en ligne).

Bibliographie : Lalloz, Henri de Maistre, 2013, p. 68. Pannevel, Henri de Maistre, 2018, p. 56-57. Chedeville, « Un art sacré hors des églises », à paraître en 2021.

Œuvres en rapport : Henri de Maistre ou Germaine Le Cler, Maquette pour la Vierge de la chapelle de Mission africaine, 1929, huile sur toile, 30 x19,9 cm, Bernay, musée des Beaux-Arts, inv. 2005.1.133.

Maistre, Notre-Dame d’Afrique, étude de la composition, 1929, mine de plomb sur papier, 194 x 145 mm, Bernay, musée des Beaux-Arts, inv. 2005.1.135 (repr. Pannevel, 2018, p. 56). (fig. 8)

Fig. 9 : Henri de Maistre, Notre-Dame d’Afrique, mise au carreau de la Vierge à l’enfant, 1929, mine de plomb sur calque, 367 x 185 mm, Bernay, musée des Beaux-Arts, inv. 2005.1.137 © M. Dassonville
Fig. 10 : Henri de Maistre, Notre-Dame d’Afrique, étude de l’Africain agenouillé, 1929,mine de plomb sur papier, 237 x 180 mm, Bernay, musée des Beaux-Arts, inv. 2005.1.138 © M. Dassonville
Fig. 11 : Henri de Maistre, Notre-Dame d’Afrique, mise au carreau de l’Africain agenouillé, 1929,mine de plomb sur calque, 305 x 248 mm, Bernay, musée des Beaux-Arts, inv. 2005.1.139 © M. Dassonville

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Pierre Petit dit :

    J’ai consacré un article à Notre-Dame du Congo qui mentionne les origines de la représentation de Notre-Dame d’Afrique. Pour celles et ceux que cela intéresse:
    https://www.academia.edu/42176624/Petit_P._2020_Our_Lady_of_Congo_The_Creation_and_Reception_of_an_Early_Missionary_Propaganda_Devotion

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search